Extrême Wrestling Project


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Planque ton fessier jeune gourgandin !

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Planque ton fessier jeune gourgandin !   Dim 13 Déc - 23:59

Lutteur(euse) désiré : Ɛvidɛncɛ

Expérience en E-Fed : Plusieurs années, on dira que je connais les rouages du milieu.

Souhaitez-vous devenir booker ? : La question ne se pose plus.

Comment avez vous connu le forum ? : Par Gio, il y’a un tout petit peu plus d’un an.

Quelques commentaires sur vous même : Pervers en chef sous l’effigie de l’Abbé Maurice qui reviendra marteler vos paires de fesses sous peu, ne blasphème pas ou tu seras dans l’obligation de venir te confesser jeune PDwane, je serais plus rigoureux qu’Obi-Wan Kenobite et le côté obscure de la fesse tu goûteras ! What a Face

Fiche Caw :
soumise à modifications

Citation :
Nom : Goines

Prénom : Josselin, dit Joss

Surnom : Ɛvidɛncɛ

Lieu de naissance : Sèvres, Hauts de Seine, France

Année de naissance : 21 décembre 1984

Histoire : Josselin est au fond de lui quelqu’un de très sympathique, ouvert, communicatif et on passera d’autres adjectifs mélioratifs. En somme, c’est quelqu’un de très conseillable et ça se voit dès son plus jeune âge. Seulement la vie est souvent ingrate et il perd ses parents dans un accident de voiture dès l’âge de 6 ans. Ironie du sort, ils étaient en course pour acheter le cadeau d’anniversaire du petit et sa maman allait mettre au monde un petit frère sous peu. Ainsi il dû vivre avec ce tragique coup du sort toute sa vie durant et à partir de ce jour, Josselin n’était plus vraiment le même. C’était toujours quelqu’un de bien, mais il était fragilisé et goûta à tous les côtés obscurs de la vie ou presque, passant notamment en l’état de sans domicile fixe pour en arriver au jour le plus noir de sa vie : son internement en hôpital psychiatrique. Oui, son médecin, qui était un charlatan, profita des faiblesses psychologiques de Josselin pour lui soutirer beaucoup d’argent en se faisant passer pour quelqu’un de confiance et arriva le jour où cet infâme escroc réussit à placer notre ami en hôpital psychiatrique aux Etats-Unis pour soit disant recevoir les meilleurs soins d'un proche collaborateur alors même qu'il résidait jusque là en France, le faisant passer pour fou à tort. Josselin n’était pas fou mais déstabilisé. Seulement, c’était sa parole contre celle d’un médecin, du moins en apparence … Josselin cru sombrer définitivement plus d’une fois et on ne compte pas les tentatives de suicide, preuve d’un chagrin insurmontable. Cela dit cette période passa relativement vite, à la surprise de tous. Oui car le directeur de l’hôpital croyait au potentiel de Josselin et savait qu’au fond, fou ou pas, il saurait se réinsérer dans la vie active. Ses améliorations comportementales ayant favorisé le tout. Après avoir tenté de multiples voies et apprit la langue et les us et coutumes américaines pour retourner dans la vie active, une voie lui plut plus que les autres, la lutte. Cela dit, son apprentissage aura été assez atypique, puisqu’il s’est principalement basé sur la théorie et n’est passé qu’à la pratique très tard, sa situation ne l’aidant pas. Malgré tout, il fut vite repéré par une petite fédération où il fit ses preuves avant de signer un contrat avec l’EWP. Entre temps il eut le temps de se reconstruire et de se créer un personnage, plutôt basé sur son expérience personnelle il faut le dire. A partir du jour où il choisit la lutte, il était devenu Ɛvidɛncɛ, parce que ce mot signifiait tout pour lui. C’était évident, du jour de la mort de ses parents au fait qu’il ne soit pas fou mais qu’il s’est fait interner quand même, le fait que la lutte soit sa rédemption, tout était évident … Pour conclure, ajoutons simplement que l’hôpital psychiatrique en question lui attitra néanmoins un médecin à ses côtés pour suivre son évolution et déceler une éventuelle rechute. Josselin et ce médecin, psychiatre pour être exact, Sydney Beaumont, un exilé français tout comme lui, entretiennent des relations particulières et en l'absence de ses parents c'est lui qui l'a élevé et éduqué, il est une sorte de père par procuration.

Taille / Poids : 1m77 / 75 kg

Entraîné par : lui-même, c’est évident

Personnalité : Comme dit dans le champ Histoire, Josselin est quelqu’un d’ouvert, sympathique et recommandable de nature mais son passé délicat l’a quelque peu écorché. Même s’il est sortit d’hôpital psychiatrique, il est sujet à des crises d’énervement et des sautes de comportement plutôt régulières, pour des raisons diverses, principalement l’injustice. Josselin ne tolère pas l’injustice, cela le met hors de lui. Il a tendance à bégayer ou répéter plusieurs fois le même mot en cas d’émotion intense. Sujet à diverses situations burlesques dont lui seul a le secret, même si la vie l’a atteint, il n’en reste pas moins amusé et amuseur. Sa spontanéité le mène au meilleur comme au pire et le mène à croire diverses choses très variées à tort ou à raison. A part cela c’est quelqu’un d’assez attachant et qui s’attache très vite aux autres, d’où le fait qu’il soit si communicatif avec le public. D'un point de vue catchesque, il ressemble à un lutteur Tweener à tendances Face même si parfois il peut lui arriver de déraper. Lors de ses discours, qu’il tient rarement dans un ring pour cause d’une phobie de la foule à cause de ses déboires, il prend son rôle d’accusateur public comme il le dit lui-même, d’où sa catchphrase « j’accuse ». Dans ces discours il égratigne son adversaire d’un œil populaire, où il représente la foule, le public et où il répand volontairement des notions de justice, cette justice qui l’a bafouée des années auparavant et qu’il veut appliquer pour le bien-être des fans de catch. Le tout sans occulter les nombreuses frasques verbales et les multiples références dont il est l’auteur. Josselin est doué d’un esprit fort imaginatif lorsqu’il s’agit des références et des comparaisons, il lie plusieurs situations sans lien apparent qui en réalité peuvent s’accorder afin de descendre publiquement et proprement son adversaire.

Style de combat : Technical et High-Flyer

Theme song : Clint Mansell - Party